OSICAT

Une étude clinique et un projet de télémedecine du CHU de Toulouse visant à évaluer l'apport médical et économique d'un programme de télésuivi à domicile des patients souffrant d'insuffisance cardiaque.

OSICAT

Les enjeux

Evaluer l'impact d'un programme de télécardiologie sur la morbi-mortalité chez les patients insuffisants cardiaques.

La morbi-mortalité recense l'évolution de l'état d'une personne qui est malade ainsi que le nombre de personnes qui sont décédées dans la population considérée et pendant la période de référence, pour la maladie considérée.

Le projet OSICAT vise à démontrer qu'un renforcement de la prise en charge actuel d'une maladie chronique associant prise en charge globale, éducation thérapeutique, recueil journalier de données physiologiques et suivi téléphonique par infirmières spécialisées, appelé ici « programme de télésuivi », peut influer sur les dimensions suivantes de la prise en charge :

  • Efficacité

L'amélioration de la coordination des soins et le renforcement du suivi via le téléphone doivent permettre d'améliorer la prévention, l'observance du traitement, diurétiques à court terme et bêtabloquants à long terme et d'influer sur l'incidence des effets indésirables et la progression des complications de l'insuffisance cardiaque.

  • Motivation

Le patient est impliqué dans la gestion de sa maladie chronique par une information régulière des effets de son traitement, une gestion de ses symptômes avec un système d'alerte qui déclenche une prise de contact avec le centre de télésuivi téléphonique.

Elle doit favoriser le développement de l'éducation thérapeutique et de la réadaptation qui ont démontré leur bénéfice, notamment en termes de réduction du risque de ré-hospitalisation.

  • Organisation de la prise en charge

L'utilisation des nouvelles technologies de l'information et de la communication est une réponse à l'inadéquation entre l'offre de soins vis-à-vis d'une large population de patients atteints de comorbidités cardiovasculaires et à surveiller au long cours. Cela suppose le développement, la validation et la mise en place d'outils spécifiquement développés pour assurer une surveillance optimale au domicile.

Au-delà de cette aide de gestion à distance, le programme de télésuivi garantit un maintien à domicile avec autonomie et amélioration de la qualité de vie. Cette stratégie est une manière efficace de réduire les hospitalisations « évitables » et leurs corollaires (coûts, pathologies induites, perte d'autonomie ou de qualité de vie) mais également de lutter contre les inégalités d'accès aux soins.

Sur le plan de l'acceptabilité sociale par les organisations et professionnels de santé, et par les patients, cette étude permet d'identifier les facteurs de réussite et les sources potentielles de blocages ou de freins.

Ce nouveau mode de prise en charge, basé sur des relations cohérentes et coordonnées entre secteur public et secteur privé, entre professionnels de santé (médecins généralistes, infirmiers libéraux, pharmaciens, cardiologues…), centré sur le patient et au service de celui-ci, devrait faire évoluer favorablement les pratiques professionnelles.

  • Economie

Les économies pour le système de santé national sont mesurées en termes de gain ou de pertes de journées d'hospitalisation valorisées suivant la tarification à l'activité (T2A).

La différence de la durée moyenne du séjour hospitalier pour insuffisance cardiaque entre la France, 10 jours, et d'autres pays de l'OCDE, 4 jours, suggère qu'un autre type de prise en charge est possible. Cette nouvelle structure devrait permettre de diminuer le nombre d'hospitalisation en urgence pour insuffisance cardiaque en agissant en amont sur les facteurs déclenchants.

Cette étude espère permettre également d'aider à déterminer le renforcement du parcours de soin actuel (tel que défini dans le rapport de la HAS février 2012).

Caractéristiques des patients inclus

  • Critères d'inclusion

Afin de participer à l'étude, le patient doit répondre aux critères suivants :

- Homme ou femme âgé(e) de plus de 18 ans
- Patient insuffisant cardiaque ayant été hospitalisé au cours des 12 derniers mois pour décompensation cardiaque
- Patient bénéficiant d'une ligne téléphonique filaire ou ayant accès au réseau GPRS à son domicile
- Patient ayant donné, par écrit, son consentement libre et éclairé pour participer à l'étude
- Patient affilié à un régime de sécurité sociale

Afin de participer à l'étude, le patient NE DOIT PAS répondre aux critères suivants :

  • Critères de non inclusion

- Patient pour lequel les données écho-cardiographiques ne sont pas disponibles
- Patient dont le BNP est inférieur à 100pg/mL ou le NT-proBNP est inférieur à 300pg/mL
- Patient souffrant d'une affection conduisant à une espérance de vie de moins de 12 mois (en dehors de l'insuffisance cardiaque)
- Patient dialysé pour insuffisance rénale
- Patient avec une transplantation cardiaque ou une assistance cardiaque
- Patient dépendant aux inotropes
- Patient ne pouvant pas être autonome dans l'utilisation du matériel de télésuivi
- Patient participant à un autre protocole d'essai thérapeutique
- Femme enceinte ou allaitante ou en âge de procréer sans dispositif contraceptif efficace
- Patient sous tutelle, curatelle ou sauvegarde de justice

  • Modalités de recrutement

Le recrutement se fait de manière prospective à partir des consultations de cardiologie des centres participants à l'étude ou au décours d'une hospitalisation pour décompensation cardiaque. Lors de ces consultations les patients reçoivent les informations relatives à l'étude puis disposent d'un délai de réflexion.

Schéma de l'étude

Il est prévu de recruter 870 patients au total sur une période d'un an sur 13 centres impliqués. Cette étude comporte une visite d'inclusion avec le cardiologue investigateur suivi de 4 contacts téléphoniques par des Techniciens d'Etude Clinique (TEC).

Il n'y a pas d'hospitalisation programmée prévue pendant l'étude.

  • Les patients du bras contrôle font l'objet d'un suivi traditionnel qui consiste en un retour à leur domicile avec suivi en consultation, avec leur généraliste ou leur cardiologue référent.
  • Les patients du bras télésuivi reçoivent à leur domicile dans la semaine suivant leur visite d'inclusion le matériel nécessaire à leur suivi, comportant une balance électronique communicante et un boîtier permettant la réponse au questionnaire appréciant l'évolutivité de leurs symptômes.
    Les patients du groupe télésuivi ont egalement des moments d'échange téléphonique avec des infirmières afin de s'assurer de la bonne compréhension de leur maladie et de leur traitement et pour les accompagner dans la gestion de leur maladie au quotidien (observance, pratique d'une activité physique, hygiène alimentaire, vécu de la maladie…)